Calculate🐧Forum

Installation et mise Ă  jour avec Calculate Linux

tutorials
#1

Puisque Calculate Linux est une Gentoo, autant apprendre les commandes console dĂšs le premier jour !.. Vous verrez, c’est beaucoup moins compliquĂ© qu’on ne le pense, et aussi plus logique qu’avec des outils graphiques. Pour commencer, je me suis permise de reposter ici mon mail de la liste de diffusion, avec quelques modifications et en joli format wiki. J’espĂšre que ce tuto sera utile aux novices Ă  CL.

Voici donc quelques commandes basiques dont vous aurez trÚs vite besoin, une fois votre Calculate opérationnelle.

{{TOC}}

Trouver un paquet dont on a besoin

eix nom-du-paquet

eix

pour une recherche par le nom. A propos, emerge --search fait Ă  peu prĂšs la mĂȘme chose, mais plus lentement (il y des nuances, mais bon je ne les dĂ©cris pas ici). Les versions disponibles seront en vert, les versions masquĂ©es, en orange (en rouge aussi, pour les hard-masked, mais lĂ  encore je m’arrĂȘte pour l’instant
).

eix -e

pour une recherche par le nom exact.

eix -S

pour chercher dans la description. Si plusieurs mots sont indiquĂ©s comme arguments, ils doivent venir dans l’ordre dans lequel ils sont supposĂ©s figurer dans la description.

eix -C

pour chercher dans la catĂ©gorie. Il est possible d’indiquer le nom incomplet (p.ex., games, alors qu’il existe les catĂ©gories games-action, games-board, etc.). Attention, la liste risque d’ĂȘtre un peu longue ! Il faudrait peut-ĂȘtre mettre |less Ă  la fin de la commande si c’est vraiment TROP abondant.

eix -I

pour voir les paquets dĂ©jĂ  installĂ©s, ne serait-ce que pour vĂ©rifier. L’argument est optionnel : s’il n’y en a pas, vous aurez la liste de tous les paquets sur votre systĂšme (l’usage de |less s’impose alors).

Ces options (et d’autres, Ă  voir en tapant man eix dans votre Terminal) peuvent ĂȘtre combinĂ©es au sein d’une mĂȘme commande, pour affiner la recherche. Je ne les ai Ă©videmment pas Ă©numĂ©rĂ©es toutes, juste les plus simples et les plus courantes. C’est aussi vrai pour les commandes qui suivent.

Installer un paquet

emerge nom-du-paquet

emerge

le paquet sera installĂ© et portĂ© sur la liste world (en fait, il s’agit du fichier /var/lib/portage/world que l’on peut Ă©diter Ă  la main, si besoin est). A ce titre, le paquage sera inclut dans la prochaine mise Ă  jour comme faisant “officiellement” partie du systĂšme. S’il y plusieurs paquets portant le mĂȘme nom mais appartenant Ă  des catĂ©gories diffĂ©rentes, il faudra indiquer le nom complet, en format catĂ©gorie/nom-du-paquet.

emerge --oneshot

ou

emerge -1

installera le paquet sans l’inscrire dans le fichier world. Cela pourrait ĂȘtre utile pour rĂ©installer quelque paquet secondaire, une dĂ©pendance d’un autre, sans encombrer world.

emerge --resume

ou

emerge -r

pour reprendre la derniĂšre action d’emerge au moment oĂč elle s’est arrĂȘtĂ©e. A utiliser sans argument.

emerge --resume --skipfirst

ou

emerge -r --skipfirst

pour reprendre la derniĂšre action en Ă©chec d’emerge en sautant le premier paquet, si celui-ci n’arrive pas Ă  se compiler. A utiliser sans argument.

dispatch-conf

A utiliser sans argument. Une fois l’installation terminĂ©e, il faudra confirmer (le plus souvent) ou rejeter les modifications des fichiers de configuration. Appuyez sur ‘u’ pour confirmer. Du coup, il se peut que vous n’ayez pas besoin de lancer cette commande : exĂ©cutez-la seulement si on vous demande de modifier les “Configuration Files” aprĂšs l’installation. Sinon, vous ne risquez rien non plus, ce serait juste une action Ă  vide.

Installer un paquet qui est masqué

emerge --autounmask-write nom-du-paquet

emerge --autounmask-write nom-du-paquet

pour dire Ă  portage que vous voulez quand mĂȘme installer leur fichu truc masquĂ©, Ă  vos risques et pĂ©rils :smiley: (le masquage peut Ă©galement ĂȘtre dĂ» Ă  l’environnement de bureau que vous utilisez, d’ailleurs) Ensuite :

dispatch-conf

pour enregistrer le dĂ©masquage. Appuyez sur ‘u’ pour confirmer. Enfin lancez :

emerge nom-du-paquet


et c’est parti pour l’installation !

Mettre Ă  jour le systĂšme

eix-sync && emerge -uD world

eix-sync

pour mettre Ă  jour l’arbre portage aka la liste des paquets disponibles et les donnĂ©es dont le systĂšme aura besoin pour pouvoir les installer. Pour ceux qui aurait dĂ©jĂ  lu de la doc Gentoo pur sucre : ce n’est pas la peine de lancer un eix-update !

emerge --update --deep --newuse world

ou

emerge -uDN world

ça, c’est la mise Ă  jour proprement dite : seront actualisĂ©s tous les paquets de world (v. ci-dessus), avec leurs dĂ©pendances (l’option -D) et les nouveaux paramĂštres USE (l’option -N, mais les paramĂštres USE nĂ©cessitent sĂ»rement une explication Ă  part).

dispatch-conf

pour confirmer ou rejeter les configs modifiées ; voir plus haut.

emerge @preserved-rebuild

si on vous demande de le faire, faites-le. Cette commande recompilera les paquets qui utilisent les bibliothÚques affectées par la mise à jour.

revdep-rebuild

pour détecter et réparer les liens brisés.

Mettre Ă  jour le noyau

cl-kernel && module-rebuild -X rebuild

Si une nouvelle version du noyau a Ă©tĂ© installĂ©e lors de la mise Ă  jour, cela ne veut pas dire qu’elle sera amorcĂ©e automatiquement. Vous pouvez lancer la commande telle quelle : la premiĂšre partie compilera le noyau, la seconde rĂ©installera/recompilera les modules. Attention, la rĂ©installation des modules est FORMELLE pour que vous
puissiez redémarrer le systÚme avec le nouveau noyau !

cl-kernel est automatique (en fait, c’est une refonte adaptĂ©e de genkernel, une refonte que je trouve assez rĂ©ussie). Lancez plutĂŽt cl-kernel --menuconfig si vous voulez configurer le noyau vous-mĂȘme, ou peut-ĂȘtre juste pour faire quelques retouches avant de le compiler.

Si ça ne marche pas comme prĂ©vu (notamment si Calculate ne veut pas dĂ©marrer aprĂšs vos expĂ©rimentations acharnĂ©es avec le noyau), vous pouvez toujours choisir la derniĂšre version opĂ©rationnelle dans le menu Grub, vous l’aurez remarquĂ©.

Nettoyer le systĂšme

emerge --depclean && eclean-dist

emerge --depclean --pretend

ou

emerge -cp

Permet de visualiser les paquets orphelins. Si la liste qui apparaßt contient des paquets dont vous avez besoin, il faudra les inclure dans le fichier world. A vérifier deux fois avant de se lancer dans le nettoyage massif !

emerge --depclean

ou

emerge -c

Cela supprimera les paquets orphelins. Il est vivement conseillĂ© de mettre Ă  jour le systĂšme avant de s’y prendre !

eclean-dist

pour faire un peu de place sur le disque en supprimant les fichiers sources des paquets dĂ©jĂ  installĂ©s. Vous n’aurez pas Ă  faire ceci Ă  tous les coups, mais une petite eclean de temps en temps ne fera pas de mal, bien au contraire.

DĂ©sinstaller un paquet

emerge --unmerge nom-du-paquet ou, toujours pour faire plus court, emerge -C nom-du-paquet

  • simple et Ă©lĂ©gant ! Attention aux dĂ©pendances qui pourraient ĂȘtre de trop : le nettoyage avec emerge -c s’impose une fois l’application supprimĂ©e.

Accélérer le lancement des applications

prelink -afmvR

Optionnel. A effectuer aprĂšs toute grande mise Ă  jour pour prĂ©linker les paquets rĂ©cemment installĂ©s. Bien sĂ»r, il faut que prelink soit dĂ©jĂ  lĂ  (dans les versions bureau de CL, il l’est par dĂ©faut).

S’informer

man nom-de-la-commande

Si vous voulez des prĂ©cisions sur quelque commande/application console, sa syntaxe et ses options, vous n’avez pas que le Google, mais aussi et surtout un outil puissant qu’est man. Les pages man sont des pages d’information trĂšs complĂštes, et vous pouvez y accĂ©der Ă  tout moment ! MĂȘme si c’est vrai qu’elles sont trĂšs souvent rĂ©digĂ©es en anglais


Mastodon Mastodon